LE MYSTERE DU SOLEIL NOIR

Chapitre 1: l’enfer du manoir de l’agonie

Une tempête fait rage sur le village, la moitié est détruite par un ouragan, l’autre par les vagues (la mer la plus proche est à cinq km). Le peu de maisons restantes s’écroulent à cause d’un tremblement de terre, celui-ci a créé une faille. Pourtant le vieux manoir au centre du village est resté intact. Il est entouré par la faille dans laquelle du magma monte. Il y a des cadavres dans tout le village, seule une personne était encore en vie mais avait frôlé la mort, il avait un œil en moins et une main broyée. Il a perdu beaucoup de sang, mais la blessure s’est cautérisée grâce à la chaleur de la lave. Il s’appelle Aguilard Wolfang. Il est orphelin…

Faisons une petite halte à notre récit. Je tiens à vous dire que cette histoire est loin d’être joyeuse, certes il y aura des petites éclaircis…Mais la joie ne durera jamais longtemps dans l’enfer que va vivre notre héros. Sur ce, je vous laisse lire le reste de ce bien triste récit…

Notre héros se réveille. Il a un mal de tête énorme, et d’un seul coup, de la lave jaillit…deux Phoenix aux yeux violacés et aux ailes flamboyantes, une bonne dizaine de serpents de feu faisant fondre le sol et un énorme dragon…Ce dragon est Val Daronne le grand dragon de feu. Celui-ci a des écailles de rubis et d’or en fusion. Aguilard n’en croit pas ses yeux, là devant lui se tient un des vingt et un grands dragons. Pourtant il est bizarre il n’a pas ses yeux réputés pour être aussi pures que du diamant, au contraire il sont vides et violacés comme ceux des Phoenix et des serpents…Aguilard a compris…La triste vérité est qu’ils sont tous corrompus. Alors Aguilard prend son courage à deux mains et saute sur le dragon pour passer de l’autre côté. Il a réussi ! Et entre dans le manoir…Il y fait très sombre. Aguilard tombe sur une lampe à huile. Il l’allume et un labyrinthe de planches lui fait face, les murs sont hauts de trois mètres. Il allume la lampe, elle fonctionne très bien. Il a l’impression que les murs rapetissent et grossissent et que le chemin s’allonge. Il voit un escalier qui bouge beaucoup et une heure plus tard, exténué, il arrive en haut. La pièce est presque vide mais elle s’allonge et se rétracte, un tableau sur un mur et un divan, sur le tableau des yeux violets immobiles, Aguilard trouve ces yeux familiers, il s’en approche et là, un dragon apparaît. C’est Val Fantar, le dragon fantomatique, un des vingts grands dragons. Le dragon se prépare à attaquer Aguilard, celui-ci place la lampe devant lui, le dragon (étant un fantôme) s’enfuit en voyant la lumière, Aguilard repart en courant car le manoir s’effondre, la lave a durci et il s’enfuit dans la plaine…

Esteban et Mattéo

Publicités